Le Motel, enclave pop à Paris

Quand la boisson la plus banale qu’un bar puisse vous servir est un jus de fraise, on devine immédiatement que le lieu ne l’est pas, lui. Et quand les brèves de comptoir ont pour sujet le prochain concert des The Flaming Lips au Bataclan ou une publication de Sonic Youth sur Facebook, on dresse une oreille étonnée. Ajoutez à cette originalité latente une musique pop judicieusement choisie, un bar à 360 degrés, une salle intimiste qui ferait merveille dans un film de David Lynch, et vous obtiendrez le Motel, cocktail des soirées réussies.

Parfois, on aimerait garder nos bonnes adresses jalousement, rien que pour nous… Mais on préfère bien sûr avoir le plaisir de vous y croiser, pendant l’un de ses mémorables concerts ou pour le traditionnel “Pop Quiz”. En attendant, cinq questions à Djavid, cofondateur du Motel.

Racontez-nous comment l’aventure a démarré.

On a ouvert le Motel en février 2007 avec trois amis, bientôt dix ans… On ne trouvait pas vraiment notre bonheur dans l’offre de l’époque. On était plutôt Smiths, The Cure… la plupart des bars passaient les mêmes titres, qui ne nous correspondaient pas. On a donc décidé de lancer notre affaire.

La musique est donc le concept de base du Motel ? C’est original pour un bar.

Complètement. Nous sommes d’abord orientés musique, le bar est venu en complément. On a voulu créer un lieu où l’on entend des choses qui nous touchent, que l’on n’entend pas partout. Après, on a eu l’idée de proposer une carte indie, composée de bières originales et de cocktails atypiques.

En dix ans d’existence, avez-vu surgir des concurrents “pops” à Paris ?

Pas vraiment, en fait. De toute façon, nous ne sommes pas un bar de passage, mais un bar d’habitués. A part le Pop In, peu de d’établissements diffusent notre style de musique. Quand on a commencé, on est allés demander des conseils à Denis (ndlr : le propriétaire du Pop In), autant dire que ce n’est pas un concurrent, mais un ami !

Et au niveau de la scène musicale française, constatez-vous des changements ?

La pop française a longtemps été souterraine, mais les choses changent. Des artistes de qualité émergent, comme par exemple Christine and the Queens, que nous avons d’ailleurs accueillie pour son premier concert.

En parlant de concert au Motel, quel est votre meilleur souvenir ?

Il y en a plusieurs… Peut-être Dorian Pimpernel. Il est monté avec ses cinq musiciens sur notre petite estrade, vous imaginez… ça a été une soirée assez classe… Ah ! Et THE XX : c’était en juin 2009, avant la sortie de leur premier album. Leur label nous a demandé si on voulait bien leur laisser faire un showcase chez nous. On ne connaissait pas le groupe mais on a accepté, pour leur rendre service. Bref, ils ont joué ici leur premier concert en France, devant vingt personnes. Qui aurait pu imaginer que onze mois plus tard ils rempliraient l’Olympia ?

Avis à nos adhérents : vous aimeriez monter sur les planches du Motel? Contactez-nous en indiquant vos liens internet (site, page Facebook, page SoundCloud…). Nous transmettrons les candidatures adéquates et vous ferons un retour.

Le Motel, 8 passage Josset, Paris 11°. www.lemotel.fr

Crédits photos : EliN

 

 

 

 

 

 

 

 

Tags:

Catégorie: Nos partenaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

//